Vos récits d'accouchement

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Vos récits d'accouchement

Message par IsabelleV le Dim 04 Avr 2010, 21:20

J'adore lire des récits d'accouchement ! Et la plupart d'entre vous avez-eu des accouchements a la maison (moi j'ai eu l'hopital les 2 fois...) ce qui rend la chose encore plus interessante...

Alors si ca vous tente, racontez-nous votre accouchement
avatar
IsabelleV

Messages : 2513
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 32
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Caroline le Dim 04 Avr 2010, 21:59

Je recopie ce que j'ai écris dans les jours qui ont suivis mes accouchements:

Charlie 2005:






Quelle aventure! C'est incroyable que
de mettre au monde un enfant.





Tout commence en fait le 25. En soirée,
beaucoup de contractions viennent nous troubler. On essais le bain, rester
couché sur le côté gauche, marcher, rester assise, y'a toujours quelque chose
qui vient les arrêter. Mon chum se couche vers 21h, en me disant, je suis sur
que c'est pour bientôt, faut que je dorme. Moi, je reste éveillée par les
contractions jusqu'à 23h30, heure à laquelle je m'écroule de fatigue.


À peine 1h plus tard, une très grosse
contraction vient me réveiller, 3 minutes plus tard, une autre vient réveiller
mon chum (hihihi). On commence à compter, elles sont douloureuses et au 3
minutes. J'étais déjà ouverte à 2.5cm, vite vite! On en compte à peine 2, pas
de bain et de niesage, on appelle la sage-femme, mon accompagnante et
le taxi.


Dans le taxi, le chauffeur est stressé,
arrivé à la maison de naissance, il sort en feu de son taxi, m'ouvre la porte
et se dirige pour aller chercher une chaise roulante. Wow bonhomme, je suis
encore capable de marcher hehehe!


Arrivé à la maison de naissance, on
s'installe tranquillement. Mon accompagnante arrive, ma sage-femme me
fait un examen, je suis à 3.5cm. Bon! tout à l'air d'aller pour le mieux.



Je marche beaucoup, je prends des bains,
je vais sur la ballon. Ma sage-femme, mon accomp. et mon chum se
relaient pour me masser le dos, on fait des blagues, on rigole et bien que je
sois ouverte à 3,5 à mon arrivé, je n'ai pas mal outre mesure.






On me demande de manger (gang de
fatiguants! hahaha) mais je n'ai vraiment pas faim.






Le jour se lève et on fait des blagues
"on va voir le jour se lever et se coucher!" Mais non, Caro, tu vas
accoucher avant la venu du soir!






Vers 10h, je m'approche du 7 cm, je
suis toujours contente, tout se supporte bien, on continue! C'est un
accouchement plutôt long, mais rien d'anormal.






Puis, le 7 cm me colle. Je reste à 7
jusque vers 18h. Les examens se suivent et se ressemblent, les contractions
sont toujours là, mais rien n'avance.






On me parle de transfert vers
l'hôpital, que je rejète de toute mes forces. Bien que je sois en contraction
de puis plus de 18h et que je n'ai pas dormie la veille, j'ai encore des forces
et je veux laisser la nature aller.






Je vais chercher à l'intérieur de moi
une force que je ne soupçonnais pas. Je me met à genoux, je sens que ça force
plus de cette façon. Je tremble de partout parce je suis fatiguée. Je vais
réussir! Je vais réussir! Je ne réfléchie plus. Mon esprit est un peu partie,
toute mon énergie est mise sur mon col, le fameux col, ouvre, ouvre!






Vers 19h, la nature me récompense de
mon attente. Je sens que je dois pousser. Ma sage-femme, qui avait arrêter de
me faire des examens pour cause de "trop décourageant", décide de
voir je suis rendue où. VICTOIRE! le fameux 10 cm! Je n'arrive pas à y croire,
moi qui croyait que les derniers centimètres allaient être très douloureux, je
ne les ai même pas vu passer.






Je la regarde: "tu me fais une
blague? Pour vrai?!"






La deuxième sage-femme arrive, ainsi que l'aide natale avec tout le
matériel de "oh cas-où", la table de réanimation, l'oxygène, bla bla
bla. Je ne pense même pas que ça peut mal tourner.





JE POUSSE ENFIN! Oui, je suis
fatiguée, j'ai hâte de voir ma gigoteuse, j'ai les muscles endolories d'avoir
été en contractions pendant 19h, mais la fin approche. Je me met à 4 pattes,
accotté sur le ballon. Je force le plus que je peux, je prends toute mon
énergie et je l'envoie dans ma poussée. On me demande si je veux toucher sa
tête, "non non, je vais la toucher quand elle va sortir!" Ma
sage-femme m'encourage sur mes poussées, l'autre sage-femme me regarde et me
dis que ça va bien. Ça me donne de l'énergie.






Tout est un peu embrouillé, moi qui
voulais poussé accroupie sur le banc, je me retrouve pratiquement couché sur le
dos. Mais mes jambes ne me supportent plus. 1h de poussé et enfin, on pose ma
Charlie sur moi. La petite coquine avaint une main dans la visage! Elle était
donc plus large et c'était plus long et plus difficile la faire descendre...!






Elle est tellement petite! un petit
6lbs, rose, qui ne pleure même pas. Je la colle, la regarde sous toutes ses
coutures, elle est tellement belle. Mon chum a les yeux embrouillé, il est
tellement content de la voir et que ça soit enfin fini!






On reste là, seul, une famille, dans la chambre. Tout de suite après
l'accouchement, on l'a posé sur moi et on attendu que le coeur cesse de battre
dans le cordon pour le couper. Mon chum le fait, tout heureux de poser LE geste
du papa :p





Les sages-femmes quittent, mon accompagnante aussi. On se retrouve les
3, la nouvelle famille qui vient de naitre. On est tellement contents, hébétés,
on ne se rend même pas compte du 2h qui passe. Ma sage-femme revient faire les
tests sur le bébé, sur le lit en avant de moi. Je me lève enfin (ouf! c'est
dur!) pour prendre une douche méritée!





Je me sens toute drôle dans la douche. Seule. Plus de bédaine, ma fille
blottie contre son papa dans la pièce à côté. Mais je suis fière. Fière de moi.
J'ai mis au monde un enfant! Le miens, ma fille. Même si j'ai le coeur qui bat
la chamade et les jambes qui flanchent, je me sens forte, incroyablement forte.





Quelle aventure, quelle merveille



Lia 2007:





Lundi


14h; RDV chez l'ostéo. Je quitte avec des contractions.


19h; RDV avec ma sage-femme, elle me fait un stripping.





Mardi


4h30; Je me réveille, je sens que j'ai une fuite. Je me lève. Je ne fuis
pas, je déluge! Je descend donc appeller ma sage-femme. Oh que je suis
énervée! Enfin!





Ma sage-femme arrive, elle m'examine, 3 cm, 20%... Bon, c'est pas
extraordinaire, mais c'est mieux que rien! Je n'ai toujours pas de
contractions. Elle me dit que les contractions arrivent dans les 12h. Quoi? Moi
qui croyait que c'était plus rapide quand on commençait en crevant les eaux.
Enfin! C'est mieux que rien Wink





Ma SF quitte, on reste mon chum, ma fille, ma mère à se regarder dans le
blanc des yeux. Ma sage-femme revient vers 16h pour me donner ma première dose
d'antiobio (je suis positive à la strep B), je suis un peu découragé. Je n'ai
pas de contractions. Rien ne se passe. J'ai peur d'être transférer à
l'hôpital. Mon chum et moi on se dit que vraiment, mes accouchements, c'est
fait pour nous apprendre à attendre! Au moins on est à la maison. On jase, on
se promène, je viens à l'ordi... Je mange de la crème glaçée...!





Ma sage-femme quitte. Ma mère me rapporte ma fille vers 19h30, je
l'allaite et oh le grand miracle de l'ocytocine! Des contractions, des vraies!
Malgré les contractions, je tombe raide endormie. Je n'ai pas dormi depuis si
longtemps il me semble...





À 21h, j'appelle ma sage-femme, vite, c'est régulier aux 10 minutes et
moins... si je reste couchée, mais enfin.... c'est mieux que rien!





Elle revient. Me redonne une dose d'antibio, on essait des plantes pour
régulariser les contractions. Ça ne donne pas grand chose. Depuis la fin de
l'après-midi, on soupçonne un bébé en postérieur. Je fais donc du ballon, des
positions qu'Espi nous a montré avec l'écharpe... Je commence à décourager.
J'ai hâte que ça se termine. Ça fait 20h que mes membranes sont rompues.





Ma sage-femme me propose l'huile de ricin. Vers 2h? non, maintenant. On
repousse toujours cette fameuse huile pas fine, mais là, je sens que je suis
dû. Les contractions sont là, pas forte forte, pas très régulières. Ma
sage-femme m'examine. 3 cm, 20%. Je suis un peu surprise, quoi? Ces
contractions là ne font... rien? Pas que c'est insuportable, mais bon, j'aurais
vraiment espérer un petit .5 de plus...!





On est mercredi, il est 1h20. Je prends la fameuse huile de ricin. J'ai
l'impression de boire du liquide amiotique. Ma sage-femme cache mon cadran,
m'interdit de calculer les contractions. "Tu te couches, tu te reposes,
les lumières fermées".





Vers 2h, l'intensité change. Ok. OK. OK!!! ça fait mal là. Je reste couchée.
J'ai tellement peur que ça arrête. Que ça change, que ça baisse en
intensité....





Je passe mon temps entre mon lit et huile de ricin oblige, la toilette.
Ma sage-femme dort au rez-de-chaussé (ou essait de dormir, je mène un boucan
d'enfer). Vers 3h, elle remonte. Je suis agrippée à mon lit comme un naufragé
après un bout de bois.





Une seule image me vient en tête, une immense vague vient vers moi. Je
suis incapable de plonger dedans, elle me happe, elle me "rammasse"
littéralement.


Je suis terrassée. C'est violent. C'est atroce. Je me dis à moi même:
"non mais j'aurais tellement dû les commander les maudits cds d'hypno-vie!"






Il est environ 3h30 quand je sens que ça pousse. Je n'ai toujours pas eu
d'examen, je dis à ma sage-femme: ça pousse! Elle se lève, se met à tout
préparer. Je ne la crois pas. Elle me dit: bien Caro, c'est un deuxième! Elle
ne m'examine même pas. Elle dit que je sonne comme quelqu'un qui doit pousser.





Euh ouais, mais une heure 30 de contractions pour passer de 3 à 10? wow!
Je peux bien être complètement à terre.





Je crie, ça fait du bien, je grogne, mon chum me dit que j'ai l'air de
Marcelus Wallas dans pulp fiction (tsé le bout où il se fait sodomniser! :p)
Une chance que je suis encore capable de rire entre les contractions!





Puis je finis par réveiller ma fille en criant. Elle pleure, mon chum
doit quitter la chambre. Le réveille est un peu brutal. Elle dit que je chante
ma chanson pour le bébé, mais franchement, elle ne trouve pas que je vais faire
un hit avec ça. Mon chum appelle ma mère. Moi je pousse, je pousse, je
pousse. Ma sage-femme dit à mon chum que c'est pour bientôt. Mon chum rappelle
ma mère. Elle finit par arriver. Je suis couchée dans mon lit, complètement
hors de moi, je pousse, mais je ne sais pas comment j'y arrive. C'est fort,
c'est plus fort que moi, ce n'est plus une vague, c'est un tsunami.





Puis, mon chum arrive, il vient près de moi, tellement ému, il voit les
cheveux. Une autre poussée, on voit tout le dessus de la tête. Une autre, la
tête, une autre, le corps. Mon chum est fou de joie: "le bébé est là, mon
amour, notre bébé est là!"





La chambre est vide, mon chum est à côté, ma sage-femme en avant, le
bébé est déposé sur moi. C'est le calme. Les vagues sont parties. Je suis sur
la plage, le soleil brille.





Bébé est déposé sur mon ventre. Le cordon est tellement court, il ne
peut pas aller plus loin. Mais j'arrive à soulever le cordon, pour regarder
entre ses jambes.





Je me tourne vers mon chum, "mon amour, je te présente Lia"





Je reçois, un cri de joie, une petite fille, Caro, on a une petite
fille!





Elle pèse un petit 5 livres 11 pour son 41 semaines et demi de
gestation. Elle avait vraiment besoin de passer plus de temps au chaud celle-là






Elle tète merveilleusement bien, Charlie est très fascinée par sa soeur,
toute la petite famille se porte à merveille!





Je suis très heureuse de mon accouchement à la maison, malgré que je
suis encore surprise et sous le choc par son intensité. Ma sage-femme le
détermine à 3h30. C'est quand même pas si mal comme durée!





Le placenta était marginal et alimentait mal le bébé (ce qui explique la
grosseur de la petite puce) et le cordon court explique pourquoi j'avais
toujours des "débuts" de travail qui menaient nul part, il retenait
carrément ma fille!





Alors voilà, enfin! j'ai accouchée, je vais vous laisser tranquille avec
ça





La fin s'explique par le fait que j'étais rendue à près de 42 semaines de grossesse Wink
avatar
Caroline

Messages : 928
Date d'inscription : 12/12/2009

http://www.parentzie.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Invité le Lun 05 Avr 2010, 12:04

Lettre à mon premier fils

Ta naissance
Je devais être provoquée, car nous avions 10 jours de retard sur la date prévue. La veille, nous devions nous rendre à l'hôpital pour recevoir un traitement, passer la nuit là-bas et ta naissance deavait était prévue pour le lendemain.

La Vie en a décidé autrement...
En arrivant à l'hôpital, à 15h , j'étais déjà à 4 cm. Ouf!..Nous sommes revenus à la maison, le sourire fendu jusqu'aux oreilles et prêts à t'acceuillir tout naturellement...
Vers 20h, j'ai perdu mes eaux et nous sommes repartis vers l'hôpital. Arrivée là-bas, j'ai pris un bain et notre accompagnante est venue nous rejoindre. En sortat du bain, j'étais à 7 cm.
Après cela, il me semble que tout est allé si vite, comme une tempête...Les contractions nous ont menés vers toi. Quand ta tête et tes épaules sont sorties, Papa a mis ses mains sous tes épaules et il t'a fait naître. Il était 1h36.


Lettre à L.
La veille de ta naissance, j’ai rencontré mon médecin et j’étais dilatée à 5 centimètres. Je suis rentrée chez nous et j’ai installé ton siège sur le banc arrière de la voiture. J’ai commencé à ranger partout dans la maison. Quand ton Papa est rentré du travail, il ne croyait pas que tu arriverais bientôt et il continuait ses activités habituelles. J’ai aussi téléphoné à Ann, notre accompagnante, pour lui donner des nouvelles de nous deux. Papa et Ann ne semblaient pas convaincus que c’était pour bientôt, car je n’avais pas de contractions. Ils m’ont même fait douter. Peu importe, je voulais être prête. Mamie est venue chercher ton frère pour la nuit. Elle se doutait bien de quelque chose…


Vers minuit, je sens de petites contractions et je me rendors. Une heure plus tard, je commence à minuter les contractions. Elles sont aux 10-15 minutes. Je sommeille entre chacune d’elles. C’est vers 3 heures que je réveille ton Papa, car les contractions sont fortes et je veux aller à l’hôpital. Elles sont aux 5-7 minutes. Papa appelle Ann qui est un peu surprise. Elle décide quand même de se rendre à l’hôpital.
Mes contractions sont très intenses depuis que l’on a quitté la maison. À 5 heures, nous arrivons à l’unité des naissances. J’ai de la difficulté à répondre aux questions de l’infirmière tellement les contractions me demandent toute ma concentration. Je suis maintenant à 10 centimètres qu’elle me dit. « Ça pouvait ben faire mal…» ai-je pensé. Elle doit aussi me faire une prise de sang ( 7 fioles) entre 2 contractions, car elle craint une pré- éclampsie. Comme je déteste tout le protocole hospitalier !

Pendant ce temps, les contractions ont ralenti un peu. Je t’ai demandé une pause pour reprendre le contrôle de mes émotions. Je peux pousser, mais je ne suis pas prête. Et, dans cette intensité, j’ai attendu près d’une heure. Papa et Ann prenaient soin de moi. Tu faisais tranquillement ton chemin.
Dès que j’ai trouvé le courage de m’agenouiller dans le lit, j’ai perdu mes eaux. Plein d’éclaboussures ! Quelques contractions plus tard, tu as présenté ta tête. Quand tes épaules sont sorties, Papa a mis ses mains sous tes bras et il t’a fait naître. Il était 7h16.

La naissance d'É., mon accouchement à la maison
40 semaines
Je suis rendue à terme. Ma sage-femme commence la semaine de garde ce soir à minuit. Je suis toute seule devant l’ordi et je savoure le temps qui passe. La maison est calme, les enfants et mon chum dorment.
Vendredi matin
Je me réveille en même temps que mon chum vers 4h30 et je ressens quelques contractions bien différentes de celles des jours passés. J’hésite…et je demande à mon chum de rester à la maison. On prépare donc notre lit en y mettant un grand plastique qui protègera notre matelas pendant l’accouchement. On range un peu la maison et on retourne au lit jusqu’au lever des grands.
Ce fut une belle journée en famille, un peu de pelletage dehors et les contractions se sont fait discrètes.
En fin d’après-midi, j’appelle ma sage-femme et lui annonce ma bonne nouvelle. Enfin, les contractions sont revenues. J’organise le départ des grands et ma mère vient les chercher vers 19h00. Je file dans le bain pour tester si mon travail est bien commencé.
Les contractions se maintiennent aux 10 minutes et je les gère très bien. Mon chum allume des bougies dans la chambre, il tamise les lumières et m’accompagne pendant les contractions qui se rapprochent. Je rappelle ma sage-femme et elle décide de venir évaluer mon travail.
60 minutes chrono
21h15 Andréanne arrive avec son grand sourire. Je suis vraiment contente de la voir. Elle vérifie la position du bébé, écoute son cœur et confirme que le travail est bel et bien commencé puisque mon col est déjà dilaté à 5 cm. Elle commence à installer tout le matériel nécessaire dans notre chambre. Je suis bien, je marche dans la maison et je m’appuie pour accueillir les contractions.
21h50 Mes contractions s’intensifient et Andréanne appelle la deuxième sage-femme et l’aide natale pour venir l’épauler. Tout le matériel est prêt pour la naissance. Mon chum ne me quitte plus, on fait équipe…
22h00 Je perds mes eaux et je ressens les premières poussées. Je me concentre sur mon bébé; il sait ce qu’il fait. Je demande à mon chum de m’enlever mon pyjama et de me guider vers le lit; mes jambes sont fatiguées.
22h05 Je m’écroule littéralement dans mon lit; mon corps est si lourd.
Bébé fait son chemin à toute vitesse. Andréanne me dit : « Laisse toute la place à ton bébé ». Dans ma tête, je réplique : « J’ai pas ben l’choix… ».
22h12 C’est avec la seule force des contractions que naissent sa tête et son corps à la grande surprise de mon chum qui est la deuxième paire de mains dont Andréanne a besoin.
Le premier cri nous rassure. É., tout rose, est déposé sur mon ventre. Je n’ai plus d’énergie, mon corps est si fébrile.
En douceur
22h20 Andréanne clampe le cordon, Papa le coupe et prend son bébé avec beaucoup d’émotions…
La partie n’est pas terminée pour moi. La bulle qui a vu grandir mon fils doit me quitter. Quel soulagement…

22h30 On entend la porte de la maison s’ouvrir, c’est la deuxième sage-femme et l’aide natale qui arrivent; ça me fait sourire.
22h40 Premiers moments à trois : É. prend sa première tétée. Il est si calme, je le sens bien avec nous. Mon corps tremble en réponse à toute cette intensité. Mon chum prend soin de moi et me rassure, j’ai tellement besoin de lui.
L’aide natale nous prépare une assiette de fruits et fromage que l’on dévore au lit.
23h45 Andréanne confirme que mon corps a bien fait son travail et qu’il est déjà en train d’effacer les traces de cette naissance. Je me lève un peu et l’aide-natale en profite pour changer mon lit.
00h30 É. nous regarde avec ses petits yeux pendant qu’Andréanne l’examine. Il est en pleine forme et affiche un beau 8 livres 1 once sur la balance.
01h30 On mange un peu, Andréanne nous donne notre congé, je file au lit et elle quitte.
Cette grande histoire est déjà terminée…


La naissance d’É.

Une grossesse mouvementée!

Changer de maison pour accueillir un nouveau membre dans notre famille, c’est tout un défi avec trois petits garçons! Planifier un accouchement à la maison depuis des mois et apprendre que ce sera impossible, c’est frustrant et décevant…


Le grand jour arriva et la magie opéra sur nous tous…

C’est avec une grande fébrilité et un pincement au cœur que nous nous sommes rendus à la Maison de Naissance vers midi. Caroline, notre sage-femme, nous attendais dans la chambre Bouleau. On écoute le cœur de bébé, vérifie sa position et discute un peu entre les contractions. L’immense bain est si invitant que je m’y plonge pour plusieurs minutes, on prend une pause.


Bien déterminée à rencontrer mon bébé bientôt, je sors du bain et les contractions s’intensifient. C’est appuyée sur le ballon que je les accueille. On découvre un peu de méconium dans le liquide amniotique et on s’inquiète un peu pour la suite.


Quelques poussées plus tard, É. naît et pleure un peu. Il est en pleine forme, tout rose. Il est 14h46 et c’est le début d’une nouvelle vie…


Coup de foudre, soulagement, fierté…

Quel miracle que celui de donner la Vie, celle-là même, crée par amour. É. nous regarde de ses petits yeux; on est heureux, on l’aime…



Notre famille est complète, chacun y trouvera sa place et les parents s’émerveilleront devant les prouesses de leurs garçons.



On tourne la page…

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par karolina le Mer 07 Avr 2010, 19:58

Accouchement de mon Léo

Jeudi soir le 22 mai, après un bon souper entre amis, je commence à avoir des contractions plus fortes, pas encore régulières mais je les sens bien dans mon dos et le bas du ventre. Vers 23h, ça s’intensifie malgré un bon bain chaud, j’appelle donc Marie-Josée, la sage-femme de garde. On surveille l’évolution et on se rappelle quand elles seront aux 5 minutes ou moins. À 2h22 je me réveille en panique : j’ai l’impression d’avoir uriné au lit, je viens de perdre les eaux… Par contre, j’ai très peu de contractions, ce que la sage-femme trouve étrange. J’avais en fait rompu une seule des 2 membranes, mais ça on l’apprendra plus tard…

3 :00 J’appelle ma mère qui descend de Montréal pour assister à l’accouchement. On se rend à la maison de naissance, et on entend la chanson New soul de Yael Naim, c’est dans le thème!! Ton papa est tout excité, il brûle même un feu rouge tellement il a hâte de te voir!! On débute les antibiotiques et on m’examine, je suis dilatée à 3cm, effacée à 100%. Marie-Josée nous recommande de dormir puisque je n’ai pas de contractions. Au matin, tes grands parents sont arrivés, Marie-Josée nous envoie marcher sur le bord du fleuve tout en
prenant une préparation d’herbes médicinales pour déclencher le travail. Ça marche, j’ai des contractions aux 6-7 minutes. C’est une belle journée fraîche et ensoleillée, on profite du paysage : l es oies blanches et la ville de Québec sur l’autre rive. Après un bon dîner et une sieste, séance de tire-lait pour stimuler la production d’hormones. Je me sens vache à lait pas à peu près et ton papa trouve ça bien drôle…

On retourne marcher et vers l’heure du souper, le travail actif débute. Je grignote, je n’ai pas vraiment faim. Les contractions sont douloureuses mais supportables. Jessie, ma sage-femme, vient d’arriver. Je prends quelques contractions au lit question de me reposer un peu, ton papa applique de la chaleur sur le bas de mon dos. Jessie me fait couler un bain et j’y reste pendant 2 bonnes heures. J’arrive à dormir entre les contractions et je fais même des rêves, les 2-3 minutes d’intervalle sont tellement agréables qu’elles semblent durer une éternité. Vive les bonnes endorphines naturelles!! Pendant la contraction, je souffle la douleur au loin avec ma respiration et je fais des sons graves en me détendant. Ta grand-maman me donne patiemment des
débarbouillettes fraîches, de l’eau et du jus selon ce que j’ai envie. Ton papa se repose, il a peu dormi ces dernières nuits. Je fais du ballon, me promène à 4 pattes, m’assoies au bord du lit, ta grand-maman et ton papa m’encouragent et Jessie surveille discrètement à partir de son bureau. Je me sens bien entourée,
ça me réconforte. Vers 00h00, je suis dilatée à 7cm, les contractions sont vraiment intenses, j’ai la nausée et je me remets un peu en question : pourquoi ai-je voulu accoucher de façon naturelle? Jessie m’encourage, j’en ai plus de fait que ce qui reste à faire. Je pense à toi, petit bébé surprise, tu sembles en pleine forme, les contractions n’affectent même pas ton rythme cardiaque et Jessie sens ta tête qui se fraie un chemin pendant qu’elle m’examine. Les heures passent mais je ne m’en rends pas compte. Vers 2h30, ton grand-papa qui
dormait à l’hôtel, arrive à la maison de naissance, il était incapable de dormir… On l’informe de la progression et il se couche dans une chambre libre. Il est 4h00, Je sens les contractions différemment, ça pousse sur mon sacrum et mon rectum. Je suis complète, c’est l’heure de pousser!! Jessie me propose d’accoucher dans l’eau. On essaie, mais mes jambes se fatiguent trop vite quand je suis accroupie. On s’installe donc sur le banc de naissance, ton papa est assis derrière moi et m’éponge le front en me disant des mots d’amour. Grand-maman
observe discrètement de l’autre côté de la pièce et elle m’encourage. 4h30, je commence à pousser, mais j’ai peur, tellement peur de cette douleur qui est différente des contractions, de cette brûlure au périnée, je me sens tellement vulnérable… Je réalise en même temps que j’ai peur de te laisser sortir, on était si bien à deux quand tu étais dans mon ventre... Jessie me dit de te laisser aller doucement, quand je me sens prête.

J’apprivoise tranquillement la poussée, elle me dit de souffler comme dans une paille en poussant vers l’endroit où je sens la pression. Jessie voit ta tête mais je ne veux pas regarder dans le miroir. Il est 5h30; selon
elle, dans 5-6 poussées on verra ta tête. La contraction suivante, je pousse avec tant d’énergie que tu sors d’un coup!! Personne ne s’y attendait!! Tu es encore dans ta membrane, comme si tu étais dans un petit œuf! Jessie déchire la membrane et tu pousse un beau cri de vie, je te prends et tout va très vite, le placenta est déjà décollé et je saigne beaucoup, ton papa coupe le cordon et on nous installe en peau à peau. Ton petit regard doux et apeuré cherche le mien, je te regarde les yeux pleins de larmes, ton papa te cajole timidement… Grand-maman observe la scène avec émotion et je l’entends dire : « c’est un petit garçon!! », je n’avais même pas pensé regarder... Je l’envoie chercher grand-papa qui prend les photos. Tu cherches le sein, tu es très vigoureux et tu t’installes pour téter pendant… 1h30!! Quelques points de suture et une douche plus tard, on m’amène une belle assiette de fruits et des croissants frais… Je me sens en forme malgré 2 nuits sans sommeil. Toute la famille arrive pour te rencontrer. Après une bonne sieste, on est déjà prêts à retourner à la maison, dormir dans notre lit et débuter notre vie à trois!! Bienvenue bébé Léo!!!
avatar
karolina

Messages : 443
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 36
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par IsabelleV le Jeu 08 Avr 2010, 21:14

Wow, j'en ai les larmes aux yeux, vos récits sont vraiment beaux !
avatar
IsabelleV

Messages : 2513
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 32
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Tchintcha le Jeu 08 Avr 2010, 23:03

Moi aussi je suis super émue! Ils ont tous qqc de spécial et de bien à eux!
avatar
Tchintcha

Messages : 2470
Date d'inscription : 05/12/2009
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Invité le Dim 11 Avr 2010, 03:50

Mon accouchement peut sembler comme un cauchemar mais, en réalité ce fut la plus belle rencontre de ma vie!

Nous somme le 21
septembre 2007, il est environ 4h du matin et j'ai
la bougeotte. Dans le lit, dans le salon, j'arrive
plus a dormir...encore des contractions (braxton
hicks) j'en suis certaine, elles sont au 5 min
mais j'ai pas perdu les eaux. Je comprend rien. Je
suis nouvelle dans le domaine

Vers 5h, je
vais aux toilettes, j'ai une contraction faible,
je fais pipi et je sens de quoi...comme un début
de menstruations...je comprends rien, je suis
fatiguée (pas dormi depuis trois jours...j'étais occupée à réorganiser la maison au grand complet!), bon,
je regarde, et je vois du sang (c'est le bouchon
muqueux apparemment, c'est ça que ma soeur m'a dit). Reveille mon chum, appelle ma coatch (ma
belle soeur), on fais du café, du thé, de la
tisane de framboisier (pour moi)...j'ai la
chienne, je suis heureuse mais je pleure a chaude
larmes, pire, j'ai la tremblotte Je veux ma mère, je veux être près de mon monde...mais j'ai tellement hâte de rencontrer mon danseur de flamenco!

6h, on
a fini de parler du: "on y va-tu a l'hôpital,
t'es-tu prête?????blablabla" on part, la c'est
vrai, je vais voir mon petit bout de nous...bientôt!

On arrive a l'hôpital, l'infirmière de
garde (Myriam je me souviendrai toujours de son
nom a elle, elle était magnifique) me regarde et nous donne une chambre
de suite, elle a déjà trois enfants et dit savoir
quand c'est "vraiment le temps". On est dans la
chambre, mes contractions sont aux 5 minutes mais
j'ai eu des maux de dents pire que ca...je suis
pas inquiète, je prends des marches, fais du
ballon, rigole avec ma belle soeur (en silence
pour pas déranger la fille qui cri dans la chambre d'à côté (elle, elle accouche "pour vrai", mais on
est toute les deux au même point...5cm, c'est son
chum qui me l'a dit)...Moi je suis complètement sous l'emprise des endorphines, je plane!

Je
respire, je souffle, je pense a mon fils...MON
FILS, après une fausse couche hyper douloureuse,
je vais avoir un enfant vivant! wow!

J'en ai perdu des gros bout
entre le moment ou
le doc est arrivée dans ma chambre, qu'elle m'a crevé les eaux (protocole oblige )...La, ÇA FAIS MAL!!!!!!j'ai des
belles contractions, elles sont fortes, je
respire, je capote(juste dans ma tête, je ne veux
pas hurler, ca va me déconcentrer)

C'est là que ça se corse et que j'entre tout droit dans un engrenage qui aurais pu couter la vie de mon fils et a changé la mienne...

Je ne veux pas de "drogues", ca fais juste 20h que jesuis en contractions pour vrai, je peux en faire un peu plus, j'en suis certaine, j'ai encore de l'énergie, je pense...je commence à douter de moi et je manque d'appuis, mon chum va fumer tout le temps, critique tout...je fatigue.

Ça fais 30h
que je "buche" pour rien, je n'ai reussi a dilater
que de 7cm, et je souffre, je prend l'epidurale, à bout et à regret
(Myriam fini son shift bientot mais a decidé de
rester avec moi, tout le long elle a reussi a
etre notre roc, elle etait tellement douce, disait
a mon chum quand il avait "le droit" d'aller
fumer, me donnais des conseils, a accepté que ma
belle soeur reste pour l'epidurale, j'avais tellement pas envie de la recevoir l'épidurale, apparemment,
j'étais une lionne et j'aurais mordu
l'anastesiste, c'est ce qu'on m'a dit parce que je m'étais réfugiée dans mon cocon, tout ce qui existait c'était mon fils, mon désir de le mettre au monde, d'ouvrir cet utérus qui ne semblait pas vouloir faire son travail...

L'épidurale
fonctionne,mais ca "stopé le travail", on me donne
du pitocin, c'est la que ca dégénère, le coeur de
mon bébé décélère, il va pas bien et je suis épuisée (ca fais 32h) je perd mon bel esprit
battant, j'abandonne la partie et j'ai peur pour mon enfant. Je me donne a la science, je veux mon bébé en vie, j'accepte d'accoucher par césarienne...

À partir de là mon corps ne m'appartient plus

Ça fait peur tout ca, je
suis nue sur ma civière (avec une petite couverte
bleue) mon amoureux est en train de se changer, on
me redonne une dose de je sas pas quoi (ca fait
quand même près de 4 jours que je ne dors plus, je
suis sur l'adrénaline) Là, ca va ok, mais
je veux mon chum, il est pas la (depuis 10 minutes
mais ca je ne le sais pas, j'ai plus la notion du
temps), je veux mon chum, j'accroche la premiere
blouse que je peux...c'est Myriam, mon infirmiere
qui a choisi de rester, je me dit que je suis
chanceuse, j'ai mon ange avec moi. Elle va
chercher mon chum, la on peut commencer...

J'ai la tremblotte, mon chum me tien la
main, je ne l'ai jamais tant aimé cet homme, on
est la tous les deux, on a peur, la même
peur...puis

OUINNNNNN!!!!!!Micah est
la, a 12h21 le 22 septembre 2007, mon fils est là,
dans mon monde, j'ai la chance de le voir,
j'ordonne qu'on me détache les bras. Je veux mon
fils dans mes bras! c'est quoi ca 33h de travail?
Je ne sens pas mes pieds mais mon coeur...ouf! Je
suis en amour!

Mon
corps est toujours ouvert, on fait sortir mon
chum et mon enfant (pour 20 minutes, ils ont
promis!), on me referme le ventre, on m'emmène en salle de
repos...

Là où la plus belle émotion jamais vécue eut lieux...

Je suis nettoyée, couverte
mais nue et déprimée suite à mon accouchement manqué, je me sens vide...mon chum reviens avec Micah pour la première tétée, ma première expérience d'allaitement...je ne sais pas quoi faire...Micah,
il sait, mon petit bout se tortille sur moi juste
assez pour ramasser mon sein, et la...La magie, mon fiston et moi avons retrouvé notre symbiose, d'un coup, comme si notre expérience de naissance avait été accessoire dans toute la game, lui, tout ce qu'il voulait c'est maman et du lait


Micah est né à 40 semaines et 4 jours, le cordon ombilical autour du cou (deux tours) et un beau 5lb 11oz, une petite souris que j'aime appeler mon petit "spider monkey"

Si un jour j'ai un autre enfant ce sera avec un accompagnement sage-femme ET à la maison. Je sais exactement pourquoi mon accouchement s'est soldé en césa, j'ai manqué de support, mal choisi mon accompagnante et avec la danse des infirmières de tout acabit tournoyant dans la chambre de naissance...faut pas trop se demander...Oui le travail fut long mais les interventions auraient pu être évitée...

Je suis heureuse que mon fils soit en vie, c'est tout ce qui compte

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par mpsto le Dim 11 Avr 2010, 09:36

Salut les filles (et quelques hommes)
Ce matin j'ai décidé de vous écrire AVANT de venir vous lire... car sinon j'ai jamais le temps de vous faire part de mon aventure!

Mon récit d'accouchement fait plus de 3 pages... alors voici un petit condensé!

J'ai crevé mes membranes dans la nuit du 31 mars et s'en est suivi des contractions aux 3 minutes. J'étais certaines que ça y était! (enfin...) Johanne, ma sage-femme, est donc venue nous rejoindre à 2 heures du matin (ouf, un chance qu'on a une chambre d'ami!).

Mais le travail s'est considérablement ralenti et le lendemain matin, j'étais au tire-lait et à l'homéopathie... Oh et j'ai même eu le temps de faire des cupcakes au chocolat!

Dans l'après-midi, Johanne m'examine et détermine qu'il y a encore une poche qui n'est pas crevée. Elle me la perce et pouf, le vrai travail commence!!! Cette partie là est un peu floue dans ma tête. Tout est un peu confondant. Mon autre sage-femme, Magalie, vient nous rejoindre. Et on prend ça une contraction à la fois, entre le lit, la douche, le bain...Ça dure jusqu'en soirée. Il me semble bien avoir repris de l'homéopathie... car pendant une bonne demi-heure, je souffre le martyr. Je veux la péidurale, je veux un transfert, j'en peux plus!! Mais Magalie est astucieuse et me fait patienter un peu. Ça valait le coup car si ça faisait si mal, c'est que durant cette demi-heure, j'ai dilaté de 4 à 8 cm!!!

Mais, alléluia, j'ai le OK pou pousser à ce moment là! Ça fait tellement de bien!!! Mais au bout d'un certain temps... j'ai l'impression que rien avance...On m'examine (ayoye, durant une contraction, ça fait mal!!!) et on se rend compte que j'ai une bande de col qui ne s'efface pas. Elle enfle à chacune des contractions réduisant l'espace à 6 cm.

Magalie me demande alors d'arrêter de pousser... et on me met sur oxygène. Je vis alors tout intérieurement. Je ne pousse plus un cri, je ne fais qu'aviser lorsque passe une contraction, ou deux (j'ai des doublés). Ça fait mal sans bon sens, ce col qui ne veut pas s'effacer. Je toff un peu, je ne sais plus combien de temps... une demi-heure peut-être, mais l'envie de pousser est trop forte. Ça me reprend. On me réexamine, rien de changer... ouf

Magalie m'explique la situation. Je lui demande quelle est la solution... dans ce cas, la péridurale.

Ok, go, j'ai tout donné ce que je pouvais. J'avais beau pousser, mon bébé ne venait pas, alors let's go pour le transfert.

Le voyage en ambulance a été très douloureux. Mais la péridurale a été faite d'une façon très professionnelle (même si j'ai crié une trâlée de bêtise l'anesthésiste!), alors j'ai gardé toute mes sensations exceptée la douleur. Une fois revenue à moi (en quelque sorte), la médecin de garde me propose le sytocin car mon travail a beaucoup ralenti (même si je suis passé à 9). Je refuse, elle insiste gentiment en disant que ça va aider mon col. Je négocie finalement une heure. J'en profite aussi pour discuter de mes choix, car je n'ai pas de plan de naissance. Je règle la question du peau à peau, du coupage de cordon, de l'onguent antibiotique et du donnage de bain. La seule chose qu'on me refuse, c'est de manger ou boire (Grrrrrrrrrr). Heureusement, j'ai prise de l'ensure avant de partir!

Une heure plus tard, vu l'absence de progression, je reçois les fameuse hormones. Pendant tout ce temps, ma Johnanne reste avec moi pendant que mon amoureux se repose un peu avant le grand moment. On placote un peu avec l'infirmière, elle-même enceinte.

L'heure de la poussée arrive enfin. Je sens bien mes contractions et je sais exactement comment pousser! La médecin se rend alors compte que mon Élizabeth est tournée vers les étoiles. Elle réussi à la faire tourner sur le côté. Elle tasse mon col et enfin, je vois la tête de ma puce passer. L'infirmière a eu la gentillesse de me sortir un grand miroir :-)

Je pousse 7 ou 8 fois, et, voilà qu'enfin on pose mon bébé sur moi! Précieuse petite Élizabeth est née à 4h57 du matin, le premier avril!

J'en aurais beaucoup plus à dire, mais ça tiendrait du roman! Je tiens juste à mentionner que mon Yanick et mes deux sage-femmes ont été exceptionnels durant toute mon aventure :-)
avatar
mpsto

Messages : 1137
Date d'inscription : 14/12/2009

http://blog.mamanandco.fr/mpsto/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par oum_sarah le Dim 11 Avr 2010, 10:48

Félicitation mpsto et Yanick ! Bienvenue à Élizabeth
avatar
oum_sarah

Messages : 766
Date d'inscription : 05/02/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par mpsto le Dim 11 Avr 2010, 11:25

Merci!
avatar
mpsto

Messages : 1137
Date d'inscription : 14/12/2009

http://blog.mamanandco.fr/mpsto/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Invité le Dim 11 Avr 2010, 19:36

Wow quelle aventure! Merci d'avoir partager et félicitations à vous trois, beaucoup de beaux moments à venir!

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par IsabelleV le Sam 17 Avr 2010, 17:07

Ouff mpsto tu l'a pas eu facile, mais tout est bien qui finit bien !! Félicitations !
avatar
IsabelleV

Messages : 2513
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 32
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par mpsto le Dim 18 Avr 2010, 13:41

Merci!
J'ai eu une phase du genre... j'ai raté mon accouchement à cause du transfert... Mais en reparlant avec mes sage-femmes, je me suis bien rendue compte que j'étais allée aussi loin que je pouvais... le reste ne dépendait plus de moi... bounce Comment on appelle ça déjà? ah oui, lâcher prise... Wink
avatar
mpsto

Messages : 1137
Date d'inscription : 14/12/2009

http://blog.mamanandco.fr/mpsto/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par karolina le Dim 18 Avr 2010, 19:17

C'est un super accouchement mpsto! Félicitations!!!
avatar
karolina

Messages : 443
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 36
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par karolina le Mar 12 Oct 2010, 14:49

Voici le récit de l'accouchement de ma fille Éva, née à domicile le 5 juin 2010.

16h30 : Je me réveille d’une belle et longue sieste avec mon Léo, mais je n’ai dormi que d’un œil, j’avais des contractions douloureuses. À notre réveil, celles-ci sont aux 3-4 minutes et elles font mal. Vers 18h, je contacte Katie, la sage-femme de garde, qui se déplace pour venir à la maison avec son étudiante Catherine. Je prépare mon souper tout en m’occupant de Léo, soufflant un peu pendant chaque contraction. Un accouchement se prépare, mais la vie de famille continue… J’appelle maman qui sera mon accompagnatrice.

19h30 : après un bain chaud, les contractions cessent. Les sages-femmes décident de repartir, car je ne suis qu’en phase de latence. Un peu plus tard, on couche Léo pour la nuit.

20h30 : Xavier s’installe devant la planète des singes (ouf!) et moi sur internet. J’ai des contractions régulières, mais pas trop douloureuses, je parviens à les ignorer pendant quelques temps.

21h30 : Je rejoins Xavier devant son film et je commence à avoir besoin de lui pendant les contractions. Il me fait des pressions au bas du dos, ça m’aide vraiment. On rie du film ennuyeux à mourir entre deux contractions. Par contre, les contractions sont toujours assez espacées (7-8 minutes), je vaque à quelques occupations dans la maison. Léo se réveille, je vais le rassurer et il se rendort rapidement.

23h : Mes parents arrivent de St-Jean. Je suis contente de les voir arriver. On jase pendant que mes parents s’installent. Les contractions continuent, toujours bien tolérables. Je ne suis toujours pas sûre d’être en travail actif. Je me promène dans le salon et je prends un snack au frigo question d’avoir de l’énergie si jamais…

00h00 : On envoie Xavier se coucher pour une petite sieste, je mets de la musique et j’allume quelques chandelles. Ma mère apprend à me faire les pressions au bas du dos et moi j’apprivoise une douleur grandissante. J’hésite à appeler la sage-femme car j’ai toujours un intervalle de 5-6 minutes entre chaque contraction. Suivant les conseils de Xavier, je prends un bain et je déciderai ensuite si je l’appelle ou pas. Finalement, les contractions sont très intenses et se rapprochent. Katie s’en vient.

00h45 : Les sages-femmes arrivent, je me promène dans la maison, je prends mes contractions debout appuyée sur la table de babyfoot, c’est ce qui fait le moins mal. Katie cherche le cœur du bébé, qui bat très bien. Ma poulette tolère bien les contractions. Par contre, son dos est placé à droite, Katie me recommande donc de prendre quelques contractions à 4 pattes pour la ramener à gauche. Maman continue les pressions au dos, qui doivent se faire plus fortes car les contractions sont longues et douloureuses. Elle me met des compresses froides dans le dos et sur le front, ça fait du bien. J’ai une longue pause entre chacune, ce qui me motive à les vivre une par une. J’écoute mon instinct, je fais des sons graves, je me sens « animale » et je me sens bien, libre de faire ce que je veux dans l’intimité de ma maison.

1h30 : Les sages-femmes interviennent peu, je me demande si je fais ça « comme il faut ». Katie se moque de moi un peu, me dit que je pourrais écrire des livres sur la façon d’accoucher tellement je fais ça comme une pro. J’aime son assurance et sa façon de me réconforter, elle a de l’expérience, ça paraît. Même si ce n’est pas « ma » sage-femme, tout se passe comme on avait discuté Magali et moi.

2h00, Les contractions sont différentes, plus longues, très rapprochées, ça travaille dans mon sacrum, j’ai presque l’impression de sentir descendre mon bébé. Je pousse de longs cris graves. J’ai envie d’aller dans le bain, l’eau m’appelle. Elle est tiède, ça fait du bien.

2h15 : ça pousse, j’ai l’impression que bébé est tout près de mon périnée qui s’étire et qui brûle. On court réveiller Xavier qui arrive… 9 minutes avant la sortie de sa fille!! Katie me propose de m’auto-examiner, je refuse car j’ai peur de me faire mal. Elle me fait un toucher vaginal, le premier de toute ma grossesse. Je suis dilatée à 10cm, prête à pousser quand j’en ressens l’envie. La tête de bébé est à environ 1 pouce de la sortie, je lui touche avec mon doigt et je sens ses cheveux. Merveilleux. On m’installe sur le côté gauche, pour que la tête de bébé reste bien dans l’eau à sa sortie.

2h25 : Les contractions se poursuivent et je ne peux réprimer mon envie de pousser. « Ça brûle, ça brûle, ÇA BRÛLE!! ». Je crie, je grogne, je suis sur une autre planète, complètement prise par ces sensation si vives au niveau du périnée et du vagin. C’est tellement intense.

2h31 : les membranes se rompent lors de la sortie de la tête. Je touche à ma fille qui est suspendue entre 2 mondes, à moitié dans l’eau à moitié en moi, j’ai envie de rire et de pleurer.

2h34 : Je pousse et le reste du corps de bébé sort, c’est moi qui vais la chercher dans l’eau. Elle pleure et rosit tout de suite, puis se calme rapidement. Elle ouvre de grands yeux bleus foncés qui me regardent. Je lui parle, on la recouvre, on prend notre temps.

On s’installe au salon pour une première tétée et pour apprendre à se connaître tranquillement… 4h30, Léo se réveille en haut, comme s'il savait ce qui se passait... On s'installe en famille pour faire connaissance avec cette petite merveille!
avatar
karolina

Messages : 443
Date d'inscription : 15/12/2009
Age : 36
Localisation : Québec

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Adara le Mar 12 Oct 2010, 19:28

Wow j'adore vos recits!

Voici mon accouchement, a l'hopital, j'espere bien pouvoir faire le tout a la maison la prochaine fois!

Dimanche 18 juillet: Je me présente a l'hopital avec tres peu de convinctions vers 22heures apres avoir suivi les conseils de la maternité. Dans la journée, j'ai du changer mon protege-dessus a presque toutes les heures, il y avait un liquide transparant qui ressemblait a de l'eau. Le personnel est vraiment super, tres rassurant, mais apres plusieurs tests, c'est clair que ce n'est pas du liquide. Je repars un peu decu, je suis seulement a 1+, effacé a 80%, c'est a dire l'exacte meme chose que la semaine precedante. De plus, les deux residentes de comprennent pas que mon doc de famille a changé ma DPA en se fiant sur l'echo de 20 SA... elles me demandent d'en parler a mon gyneco, car si c'est le cas, je suis maintenant a 40 SA. Pendant la nuit, j'ai de petits maux de ventre et des pertes rosés, mais on m'avait averti que ca pouvait arriver.

Lundi 19 juillet: Je me reveille en disant a mon chum que Mila allait sortir aujourdhui. Je commence par essayer le tire-lait par periodes de 20 minutes en apres-midi. Je suis capable d'avoir quelques contractions, mais rien de regulier, et rien qui fait trop mal. Lorsque je ne fait pas ca, je change de position, quand ca fait 10-15 minutes que j'ai pas eu de contractions, je vais a la toilette fait un petit pipi et hop, c'est automatique que je contracte. Quand mon chum reviens du travail a 16heures, je suis toute contente, je marche partout dans le condo et quand j'ai une contraction je suis toute contente et je le dis a mon chum, mais en lui disant que c'est juste bon pour que le travail avance, que je veux vraiment que mon col ait changé le lendemain. On prepare le souper et on se planifie notre journee du lendemain on va chez le docteur et on va manger chez St-Hubert pour souper.

Je contracte encore, mais des que je remarque qu'une contraction est plus rapprocher et que j'essaie de les calculer, elles arretent et j'en ai pas pendant 10-15 minutes... A 8heures, mon chum me dit qu'il veut aller au gym et je decide de l'accompagner, je veux savoir si le velo stationnaire augmente mes contractions et je marche un peu autour de la piste. Finalement, je me sens un peu fatiguer donc je m'assois pour lire. Pendant l'heure qu'on est la-bas, je vais 4-5 fois a la toillettes, et c'est au seul endroit que j'ai des contractions qui me font un peu mal. On revient a la maison en passant par les routes les moins belle et mon chum essaie de pogner tous les trous, oui disont le comme cela, on a vraiment l'air desesperer, mais ca nous fait rire, et on espere que l'on va voir des changement sur mon col le lendemain!

En arrivant a la maison, je nous fais un smootie et je remarque que les contractions sont de plus en plus raprocher. je laisse mon chum calculer la distance entre celles-ci... je suis a 5-6 minutes et ca commence a etre plus desagreable. J'accepte donc de faire ce que mon chum veut que je fasse depuis un moment deja, prendre un bain chaud. Ca me detend vraiment, les contractions sont au 4 minutes dans le bain et elle sont comme de petites vagues. Mon chum est a coté de moi et meme si je veux sortir du bain pour aller me coucher, il me demande de rester encore un peu. Tout est tellement tolerable, je ne veux pas me presenter a l'hopital pour ca. On se couche et on est pas capable de fermer la lumiere, on rit, on se parle... Mais quand une contraction arrive, c'est moins le fun, je suis plus capable de rester couché, je vais a la salle de bain a chaque fois et je commence a souffrir. Mon chum decide d'appeller a l'hopital, on espere que c'est le meme personnel qui est la. Pendant qu'il est au telephone, je remarque que je n'ai plus juste des pertes rosé, il y a vraiment pleins de filaments de sang et pendant une contraction, ca me fait paniquer. L'infirmiere rassure mon chum au telephone et elle lui demande de venir assez rapidement. Je blague en disant qu'on est chanceux qu'elle soit encore la l'infirmiere, elle est vraiment tres gentille et en plus (pour mon chum ) c'est vraiment une tres jolie jeune femme. MOn chum commence a paniquer un peu et moi j'ai de plus en plus de douleurs. Je prend une serviette et un sac-poubelle car j'ai peur d'en malade dans la voiture. On ecoute le cd de passe-partout dans la voiture, ca aide mon chum a se calmer et moi, je pense moins. J'ai mal, mais j'ai encore peur que ca soit du faux travail, et de nous faire retourner a la maison. Je dis a mon chum que je vais peut-etre me laisser tenter par l'epidural, car endurer ca encore des heures et des heures, je ne sais pas si je vais pouvoir.

On arrive a l'hopital et je ne veux pas m'assoire dans une chaise roulante, je m'arrete a chaque contraction et c'est long arriver a la maternité. rendue dans la salle d'evaluation, je tombe dans un etat second un peu... les infirmieres voient que c'est absolument pas du faux travail et qu'il faut preparer une chambre super vite. Je ne me souviens pas comment je suis arrivé en jaquette d'hopital, mais les infirmieres ne sont pas capable de me faire un monitoring, je suis pas capable de rester coucher. Une infirmiere me demande de me coucher vite des que la prochaine contraction passe, car il faut vraiment qu'elle verifie a combien est mon col. Je reussi a me coucher, je suis a 8 cms et l'infirmiere dit qu'elle sent les membranes super bombé. On m'amene dans la chambre d'accouchement, too bad la pression, le monitoring... ca se fera la-bas. Mon chum m'aide a m'assoire sur le lit d'accouchement et je lui fait une belle marée de liquide sur les pieds. Ca fait tellement du bien, ca me soulage d'une enorme pression que j'avais. Je peux donc me coucher et on peut me faire on monitoning et prendre ma pression, en meme temps, on reverifie mon col: Tatam je suis complete. On dirait que je suis dans un reve, mon chum ne comprend pas. Je l'avais brifter sur les premiers accouchement, ca pouvait durer des 10-20h de temps...

Je m'avais planifier des petites positions d'accouchement... mon plan est rester dans mon sac... mon chum avait hate de me faire des points de pression.... tout ca ne servirait pas, j'etais bien sur le dos, mon chum et l'infirmiere gentille qui me tenait chacun une jambe et je me tirais en prenant appui dans leur mains. Tout le monde m'encouragait, c'est tellement valorisant un accouchement! Apres 3-4 poussées, on peut voir la tete, et les cheveux de mademoiselle qui sortent. La residente jouait avec ses cheveux, ca riait entre les contractions, elles disaient que j'etais trop poli, serieusement, j'ai aimé accoucher.

Lorsque le gyneco arrive, je suis en pleine confiance, il me dit qu'il va falloir que je l'ecoute si il me disait d'arreter de pousser. Ca fait mal, apres 2 grosses poussées qui lui font presque sortir la tete, je perd la carte, je cris pour la premiere fois que je ne veux plus pousser, que ca fait trop mal. Je me fais remettre vite sur le droit chemin, avec une voix autoritaire, le gyneco me dit qu'il faut que je reste concentrer, que c'est la seule maniere de faire sortir le bébé. La tete sort dans la prochaine contraction et le corps dans la suivante. Elle est la, dans mes bras, 45 minutes seulement apres etre arrivé a l'hopital. Je repense a ce que ma mere a dit apres son premier bebe: Plus jamais je ne recommence (alors qu'elle en a trois). Je dis a mon chum: finalement, ce n'est pas si pire d'accoucher. On a bien de la misere a realiser qu'elle est vraiment la, que c'est notre fille, elle est si belle.

Le placenta sort sans probleme, et je demande au doc si j'ai dechiré. Mon periné est intacte, mais j'ai une petite dechirure dans une petite levre. On me dit un point, mais c'est un point qui a l'air bien difficile a faire car ils recommencent 2 fois. Ca fait si mal a froid, ils ne peuvent rien faire pour geler a cette endroit-la, ayoye.

Mila a eu quelques problemes avec ses secretions, elle est rester quelques heures a la pouponiere a deux reprises sous observation et nous avions l’incubateur dans la chambre le reste du temps. Nous sommes bien content d’etre a la maison apres 36 heures a l’hopital, il n’y a rien de mieux que notre chez-soi pour apprendre a se connaitre. Pour le moment jeressemble a Pamela Anderson et mes seins me font souffrir, mais c’est le prix a payer, l’allaitement va pas mal bien, je vient de me tirer 2 onces de lait en 3 minutes pour me desengorger, je ne crois pas avoir trop de problemes a me faire une bonne reserve.
avatar
Adara

Messages : 313
Date d'inscription : 01/09/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Tchintcha le Mar 12 Oct 2010, 20:31

Super vos récits les filles!

Karolina, j'espère tellement que mes membranes tiendront le coup le plus longtemps possible moi aussi, car j'ai testé positif au strep B et j'aimerais bien m'éviter les antibios...
avatar
Tchintcha

Messages : 2470
Date d'inscription : 05/12/2009
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Tchintcha le Mar 12 Oct 2010, 20:44

Vous me donnez le goût d'accoucher avec vos récits!!

Voici celui de l'accouchement de Lily, en attendant le prochain! Very Happy

----


Lily, née le 14 janvier 2008 à 01h35 du matin (dans la nuit du dimanche au lundi)



Cette semaine-là, nous avions eu une semaine assez chargée. En effet, le jeudi soir, nous avions un souper à Montréal et le samedi soir, un souper sur la rive sud. Simon stressait un peu, car il avait peur que tout ce transport déclenche l’accouchement et cette fin de semaine là, ma SF principale, Valérie, était en congé.



Il faut dire que tu nous en avais fait vivre des émotions. En effet, à 33 semaines, me voilà dilatée à 1 cm et demie et le col effacé à 50%! La joie! Le repos presque complet pour maman, on fait les cours du barreau à partir de la maison…J’en ai pleuré une shot, je te suppliais de ne pas venir avant, moi qui voulait tant cet accouchement à la maison. Finalement tu as bien écouté ta maman, car tu es arrivée seulement 3 jours avant ta DPA.



Donc, le samedi soir, souper entre amis. Les gars blaguent, Simon, profites-en, ce sera ton dernier repas chaud pour un bon petit bout…ils ne croyaient pas si bien dire! ;-) Quoique ta présence ne nous ait jamais empêchés de manger chaud...



Après le souper, on passe rapidos chez une amie, elle fêtait sa fête. Retour à la maison, dodo à 12h40 du matin. À 3h00, SPLOUCH!!!! Le DÉLUGE! SIMON!!!!!!!!! Je cours aux toilettes, ton père se lève d’un trait, que se passe-t-il, que se passe-t-il! J’ai perdu mes eaux. Simon a moppé le plancher derrière moi! Aucun doute, ce gros tourbillon tout chaud qui m’a réveillée ne pouvait pas être du pipi. Pour confirmer ce que je savais déjà, je prends le petit « papier pH » que m’avait laissé ma SF.



Donc, si on perdait nos eaux, on devait appeler immédiatement. On appelle donc Ariane (ma deuxième SF). Simon l’appelle, ne comprend pas son message, si elle est de garde ou non. Je lui dis de me passer le téléphone, je la rappelle, mais là il me dit, j’ai déjà laissé le numéro, faque je raccroche avec un demi-numéro d’écrit! Vive la compétence…;-) Ariane rappelle donc et je lui annonce que je viens de perdre mes eaux, mais aucune trace de contraction à l’horizon. On décide donc d’un commun accord d’aller tous se recoucher et de se rappeler au petit matin, à moins que les contractions se déclenchent soudainement. On retourne se coucher, mais j’ai jamais réussi à me rendormir complètement, je suis tellement énervée, tu t’en viens!!! À 4h30, mes contractions commencent tout doucement. Je sais que ce sont des vraies, mais rien d’inquiétant, je ne me sens pas du tout sur le point d’accoucher.



Vers 7h30, je n’en peux plus, je dois me lever, il faut que je fasse qqc. Simon, Simon, lève toi, on doit tout préparer! (On voulait entre autres faire un gâteau pour l’arrivée de Lily, avec une chandelle 0 dessus ;-)) On prépare le lit, fait du ménage et Simon part faire quelques commissions.



Entre temps, Ariane rappelle. Je lui dis que ce n’est pas pour tout de suite. Elle me dit qu’elle va passer quand même m’examiner (elle habite tout près de chez nous). Comme je pensais, je suis encore dilatée à 1 cm, ça n’a pas bougé. Elle me donne quelques granules homéopatiques et me dit de bouger pour faire avancer les choses. Comme j’ai perdu mes eaux, j’ai 24 hres pour entrer en travail actif. Elle repart. On dine et on décide d’aller promener les chiens dans le bois. Ah oui! Une magnifique journée! Comme j’imaginais! Avec la neige qui brille de tous ses feux et le soleil haut dans le ciel.



OUCH! La marche fait effet, j’ai des contractions aux 2-3 minutes, ça fait mal! On revient à la maison. Ariane rappelle. Je lui dis que ça avance, mais rien d’urgent encore. Elle me dit qu’elle va revenir un peu plus tard dans l’après-midi. Vers 15h00, elle revient. Elle m’examine. J’en suis à 2.5 cm. C’est lent! Moi qui m’étais conditionnée à un accouchement rapide en 4hres ;-)…



On appelle la mère de Simon, à qui on devait fêter la fête (4 jours auparavant) ce soir là. Elle rit quand elle comprend la raison de l’annulation…On appelle aussi mon père pour lui annoncer.



Elle décide de rester, les contractions étant pas mal aux 5 min. On commence à remplir ma piscine d’accouchement. Je marche, je descends et je monte les marches. Je fais du ballon. Je me suspends après Simon pendant mes contractions. C’est encore très endurable. Je me concentre durant chaque contraction.



Simon commence à préparer le souper, des manicotti. Je n’ai pas très faim, mais quand même un peu. J’en mange un. On décide de faire garder les chiens et on appelle Serge, le père de Simon pour qu’il vienne les chercher. Lui et Karine arrivent pas longtemps après. Je me rappelle qu’à ce moment là, mes contractions deviennent un peu plus intenses et j’ai hâte qu’ils repartent, car je n’ai pas envie qu’ils me voient avoir mal.



Je vais prendre un bain. La lumière est tamisée aux chandelles. Je relaxe. J’ai l’impression que les contractions vont cesser. Je sors. Ariane me réexamine. 4cm. Petit moment de découragement, mais en même temps d’encouragement, au moins, ça progresse.



J’embarque dans ma piscine. Ariane va téléphoner à Valérie, car le changement de chiffre s’effectue ce soir là. Je passe quelques temps dans ma piscine, je ressors. J’ai mal! Je ne veux plus être seule! Simon me fait des points de pression Bonapace dans les mains, Ariane me met de la pression au niveau des lombaires. Ne me laissez pas!! Ça fait du bien! Votre présence m’aide à survivre. La suite est un peu floue dans mon esprit. Je sais que quand Valérie arrive, je suis dans la piscine. Ariane repart et demande qu’on la rappelle pour la poussée. Wow, j’aurai droit à mes deux SF, quel privilège! C’est vraiment rare, en fait c’est la première fois que ça va leur arriver! Et nous qui stressions pour savoir quelle SF on aurait…Un moment donné, je sors et là, je suis gelée, je me mets à trembler. Vite, une robe de chambre. Valérie vérifie mon état, j’en suis à 6cm. Je suis maintenant dans mon lit, couchée sur le côté. Je ne veux plus bouger. Ça fait mal!!!!!! Ne m’abandonnez pas!!!!! « Non, vite, ça recommence encore! » j’ai mal au cœur, vite un pot, je vais vomir. Et au-revoir le manicotti…Après, je me sens mieux!



Tout ce temps-là, j’ai encore l’impression que mon travail va encore arrêter d’une seconde à l’autre, car mes contractions ne sont pas très synchro…



Après environ 2 hres, Valérie me suggère gentiment que si je veux encore accoucher dans l’eau, que ce serait le temps de penser à revenir dans la piscine. Je veux, mais je ne veux pas bouger, j’ai mal!! S’il fallait qu’une contraction me prenne quand je suis en mouvement….



Je finis par arriver dans la piscine. Je n’arrive pas à me trouver une position. Sur le dos, accotée sur la piscine, je finis par retourner sur le dos. Je commence à en perdre des bouts entre mes contractions. Les endorphines font effet. Simon respire avec moi, il m’accompagne.



Un moment donné, j’ai comme envie de caca…Valérie vérifie l’état de mon col, plus de trace de rien, ça y est, laisse toi aller, tu peux pousser. Ok….mais comment on fait?! Je pousse de la face, je deviens rouge, ça ne marche pas. Valérie vient me montrer le chemin. Je perds la carte entre les poussées. À un moment donné je ronfle il parait! Simon est toujours là, il me soutient. Un moment donné, je sens que je vais perdre connaissance. Je n’y arriverai jamais. Je pousse déjà de toutes mes forces et je dois pousser encore plus fort et plus longtemps!?! Un moment donné, Cynthia regarde, regarde, on voit les cheveux de ta puce! Miracle, ses petits cheveux flotte dans l’eau! Je reprends espoir. Après 1h15 de poussée, ma petite Lily voit enfin la nuit!! Elle est née en deux poussées. La tête sort après une poussée. « Ok, ok, la contraction est finie, j’attends la prochaine ». Les épaules arrivent accompagnée d’une petite main! Valérie s’écrie : « J’une p’tite main, j’une p’tite main! » C’est là la seule fois que j’ai saigné un peu. J’ai à peine déchiré lors de ton arrivée.



Elle est déposée sur moi et nous regarde intensément moi et Simon. Wow, quelle beauté! Elle ne pleure pas, elle est super calme, elle ne fait que nous regarder! Elle rosit tranquillement. Papa coupe le cordon et je sors finalement de la piscine, Papa prend Lily en peau à peau pendant que je m’installe dans le lit pour l’expulsion du placenta. Après 35 minutes, ouf, c’est long! Il sort enfin! Pour aider l’expulsion, j’ai installé Lily au sein. Elle tète! Wow! Elle a tété pendant presque 2 heures! Quelle fierté je ressens…quelle intensité…Pour couronner le tout, dehors, il neige à plein ciel! Comme dans un rêve…
avatar
Tchintcha

Messages : 2470
Date d'inscription : 05/12/2009
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par IsabelleV le Mar 12 Oct 2010, 21:11

Wow vos récits d'accouchement à la maison sont très doux !! Je voudrais tellement vivre l'expérience.
avatar
IsabelleV

Messages : 2513
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 32
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par IsabelleV le Mar 12 Oct 2010, 21:17

J'ai pas le temps de faire tous mes 2 récits tout de suite mais pour Félix ca ressemble à ca :

17h00 première contraction
17h05 2e contraction et ploush les eaux
18h00 départ pour l'hopital
19h59 Félix est né

Rapide, mais intense !
avatar
IsabelleV

Messages : 2513
Date d'inscription : 12/12/2009
Age : 32
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Tchintcha le Ven 24 Déc 2010, 12:50

Mon cadeau de Noël pour vous! santa

http://parentzie.com/article/naissance-de-nina
avatar
Tchintcha

Messages : 2470
Date d'inscription : 05/12/2009
Localisation : Laurentides

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Gege le Sam 25 Déc 2010, 22:55

Je viens de dévouvrir une nouvelle section, alors à mon tour. J'aime toujours ça.

Maïna: le 20 janvier, 40+3 semaines. J'écoute les Cités d'Or avec mon chum sur Internet pour tuer le temps. Dans l'émission, un personnage s'appelle Maïna. C'est un coup de foudre.
Peu après, les contractions commencent. Je vais dans le bain. Mon chum me dit que je suis aux 3 minutes, je me lamente, je dois être en travail. Non, c'est la phase de latence. Mon chum appelle la sage-femme quand même. On embarque dans l'auto, il fait tempête. En boule sur la banquette arrière, Jorane dans le tapis, c'est long. J'arrive à la MN, 3heures après ma première contraction, je suis à 7 cm. Je vais dans le bain. 3h plus tard, je sens qu'il ne se passe plus rien. Ma fille regarde de travers. Sous les conseils de ma sage-femme, je me lève , étire ma colonne au hamac, mais surtout, je plante mes pieds dans le sol et me dis que des milliers de femmes l'ont fait avant moi et que je suis pas la dernière, j'ai senti toute cette énergie me traverser comme un courant... et j'ai poussé.
Ma grande fille d'amour est arrivée à 6h30 du matin, après 7h30 de contractions. Elle s'appelle Maïna, la Lune.

Matéo, 31 mai.
Il fait beau, on va prendre une marche sur le bord de la rivière St-Charles voir les mamans canard et leurs bébés, Maïna adore ça. Sur le retour, les contractions commencent. 3e Avenue-5e Rue: Je dois me pendre après mon chum à la contraction. J'arrive chez moi, fais couler le bain, entre en transe pendant que mon chum appelle tout me monde.
J'en suis sortie lorsque j'ai touché les membranes à la vulve, les ai déchiré de mon ongle, et ai accueilli mon fils dans mes mains (je crois que les SF ont pleuré). Total, 2h03 de travail. Matéo, le Don.

Zoéli, le 12 août.
On va à la plage, il fait chaud. J'ai des contractions plutôt régulières mais qui ne font pas mal. Je blague en disant que je suis dans l'inconnu, n'ayant jamais eu de phase de latence. On profite de l'après-midi jusqu'à ce que je sente que je serais mieux dans mes affaires. Mes parents amènent les enfants au resto. À peine installée dans mes affaires, une terrible contraction m'attaque. On appelle la sage-femme, tout le monde sait que j'accouche vite. Je vais dans mon énorme bain, cette fois j'aimerais bien accoucher dans l'eau. Ça pousse. Je crie: "ça fait pas moins mal dans l'eau!" la tête nait , je re-crie" Cynthiaaaaaa (ma SF), ya de quoi qui marche pas!!!!!!!", y'a une petite main, qu'elle dégage délicatement.
Bienvenue Zoéli, la Vie.

À chacun de mes accouchements, je ne me suis jamais sentie sage-femme.
À chacun de mes accouchements, j'étais une femelle mammifère sous l'impulsion de la force de la Vie.
avatar
Gege

Messages : 836
Date d'inscription : 08/11/2010
Age : 37
Localisation : Mont-Joli

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par mpsto le Sam 25 Déc 2010, 23:12

C'est un beau cadeau de Noël que tu nous fait là Ge!
avatar
mpsto

Messages : 1137
Date d'inscription : 14/12/2009

http://blog.mamanandco.fr/mpsto/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Hermine le Mar 15 Fév 2011, 19:25

Je suis rentré depuis quelques jours, voici donc mon récit Smile

Tout a commencé par la visite de la gynéco tôt jeudi matin (le 10 février 2011) qui m'annonçait pour ma plus grande tristesse que rien n'avait changé depuis le dernier rendez-vous (2 semaines que j'étais à 3 de dilatation). J'ai donc passé une partie de la journée dans des magasins pour de menu bricoles afin de me changer les idées. Et le soir alors que je commençais a me préparer a aller dormir les contractions on commencés.

J'ai très bien géré les premières contractions et nous sommes partis sereinement à l'hôpital 2h plus tard. D'une dilatation à 3 je suis passé à 5 en arrivant à l'hôpital, première constatation des infirmières mes contractions sont longues et très proches. 1h plus tard dans la chambre qui m'a été attribué je suis dilaté à 7, j'essaye de gérer les contractions de plus en plus fortes dans un bain. J'ai de plus en plus de mal à gérer la douleur, je manque même de finir la tête sous l'eau, mon amoureux me rattrape au dernier moment. On décide de me sortir du bain pour repartir sur le lit. Bonne surprise, on me demande si je suis d'accord pour être suivie par une sage-femme en formation (moi qui en voulait tellement une et qui n'avait pas réussi à en avoir).

Encore 1h plus tard dilaté à 9 je ne gère plus du tout la douleur, impossible de me concentrer sur ma respiration, après de multiples encouragements de mon accompagnante et de mon amoureux, à bout on décide de tester le gaz hilarant. Étant sensible aux odeurs ces derniers jours j'ai rejeté le masque au bout de 3 respirations. Devant ma douleur mon amoureux et moi décidons de passer à la péridurale ambulatoire. j'aurais préféré m'en passer mais avec le recul je me dis que c'était sans doute le meilleur choix. Le temps me parait une éternité mais l'anesthésiste finie par arriver.

Petite pause d'une heure au léger son des battements de coeur de mon bébé. Mon conjoints et mon accompagnante se reposent. Une infirmière passe au 20 minutes. Puis on m'annonce que mon bébé montre des signes de faiblesses, qu'il faudra peu être crever la poche des eaux. L'infirmière part appeler le médecin, moi je reste seule avec mon angoisse à attendre, j'appelle mais personne ne se réveille. 5 minutes plus tard l'infirmière et la sage-femme reviennent, la poche des eaux est trop dure pour le bébé, décision est prise de la percer. Mon amoureux revient enfin a mes côtés pour me soutenir.

Début du travail, ma sage-femme propose de baisser la péridurale, j'accepte tout de suite espérant sentir les contractions et pouvoir pousser par moi-même. Ça marche! C'est moi qui indique quand arrivent les contractions et je me met tout de suite au travail. La première heure tout se passe bien, le bébé avance tranquillement, je change régulièrement de position pour l'aider. Lorsque le bébé avance sa tête tout s'accélère, les douleurs reviennent mais je les prends bien, l'une après l'autre, je veux terminer tout par moi-même.

La sage-femme et mon accompagnante m'encouragent : on voit la tête, il a des cheveux, on y est presque!

Une heure plus tard, j'entends toujours les mêmes phrases. Il est bientôt là, il avance, il faut que je donne tout ce que j'ai à la prochaine poussée. Sauf qu'il y a un problème, le bébé n'avance plus vraiment, mon coccyx bloque et l'empêche de passer. La sage-femme et mon accompagnante tentent de faire bouger le coccyx avec des massages spéciaux. Quand mon conjoints comprends se qui se passe il les averti que j'ai fais beaucoup de chutes à mon adolescence (c'est ça d'être tom boy et de pratiquer des sports de gars avec des gars!) et que j'ai des problèmes au coccyx (sauf qu'on a jamais pensé que ça poserais problème donc personne n'était au courant). Tout le monde réagit tout de suite, voilà d'où vient le problème! Il va falloir travailler plus dur pour sortir mon bébé. Mais au bout de 3h de poussées je n'en peu plus, je donne tout ce que j'ai a chacune de mes poussée, on m'en demande encore plus et je suis épuisée. Je continue malgré tout mais avec l'énergie du désespoir, je n'y crois plus quand on me dit que c'est bientôt la fin mais je veux que mon bébé sorte. Mon amoureux qui ne supporte plus de me voir souffrir me propose alors la ventouse, c'est sûr que ce n'est pas ce qu'on voulait mais je sens que j'arrive au bout, j'accepte.

La gynéco arrive, on me demande de pousser le plus fort possible pour la ventouse. Je rassemble les dernières forces qu'il me reste, et donne tout! Le bébé était tellement avancé que tout s'est terminé en une fraction de seconde. Mon bébé est sur mon ventre mais je continue de crier de douleur : personne ne s'était aperçu que le cordon était trop court et qu'il me faisait mal.

Je réussis enfin a ouvrir les yeux pour voir mon bébé, il pleure tellement, j'essaye de le réconforter autant que je peux malgré ma douleur qui continue. Mon amoureux est en larmes à côté de moi, c'était une épreuve pour lui de me voir crier de douleurs, moi qui d'habitude ne prononce pas un mot lorsque je souffre. Puis on entend l'infirmière qui annonce qu'elle va commencer la réparation, mon amoureux et moi nous regardons, nous demandons ce que cela veut dire, la gynéco annonce qu'elle va devoir recoudre. Un frisson me parcours, je viens de comprendre que j'avais déchiré, je demande quel genre de déchirure : 4e degré, la pire, j'ai juste envie de pleurer. Mon bébé continue de pleurer sur moi et j'essaye d'encaisser les coups d'aiguilles sans rien dire mais je sens qu'à chaque coups mon bébé hurle pour moi. Je souffre trop pour les derniers points qu'on me fait sans anesthésie, on choisit donc d'augmenter la péridurale pour que je supporte mieux les derniers 15 min.

12h après les premières contractions mon petit Enzo est finalement né. Rien ne s'est passé comme je l'aurais souhaité, mais il était impossible de prévoir tout les problèmes que j'ai rencontré. Heureusement le corps est bien fait et j'ai oublié la douleur physique, reste juste les impressions et les sentiments de mon amoureux, ce sont les deux choses dont nous nous remettons petit à petit. Heureusement Enzo est tellement beau, tellement petit et fragile qu'on déborde d'amour pour lui, et la vie continue!
avatar
Hermine

Messages : 84
Date d'inscription : 15/09/2010
Age : 33

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par mpsto le Mar 15 Fév 2011, 19:44

Wow, félicitation Hermine! Tu as dû passer par toute une gamme d'émotions!!! Bravo pour ton beau garçon! Comment se passe ton allaitement?
avatar
mpsto

Messages : 1137
Date d'inscription : 14/12/2009

http://blog.mamanandco.fr/mpsto/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Vos récits d'accouchement

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 4 1, 2, 3, 4  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum